En vue de réaliser les objectifs du projet et garantir une réussite durable, il est important d’envisager des méthodes d’implémentation adéquates avec les contextes locaux et nationaux dans lesquels chaque activité sera menée. En plus, pour le projet, le CAR/ASP se charge de choisir les approches déjà utilisées conjointement avec ses partenaires durant les trois dernières années dans quelques pays de la région.

Coordination nationale:
Dans chaque pays impliqué dans le projet, un coordonnateur national a été désigné pour être l’officier de liaison avec le candidat et assurer la coordination entre les différents acteurs du projet. Une réunion des coordonnateurs nationaux sera organisée par le CAR/ASP quand le projet sera lancé.
Méthodologie pour l’élaboration des plans de gestion: (Activités MP1 à MP6)
L’élaboration des plans de gestion comportera les principales phases suivantes: (i) études biologiques et écologiques, (ii) étude des aspects socio-économiques pertinents, (iii) élaboration de version provisoire du plan de gestion conjointement avec les autorités responsables des aires protégées et (iv) consultation avec les autres acteurs socioprofessionnels et économiques concernés par les aires protégées.
La version finale du plan de gestion sera élaborée en tenant compte respectivement des objectifs de conservation et des conditions dans lesquelles les aires protégées seront intégrées dans leur environnement économique et social.
Dans chaque aire protégée concernée par le projet, le plan de gestion et la manière avec laquelle le processus sera conduit, vont mettre en place une partie expérimentale nationale destinée à la promotion de la gestion des aires marines protégées et l’utilisation d’une approche consultative et participative au moment de planification d’un tel aménagement.
(i) Missions de terrain
L’adéquation des mesures de gestion recommandées pour une aire protégée dépend essentiellement de la qualité des données disponibles des biotopes de l’aire. C’est pourquoi, pour les conditions d’élaboration de chaque plan de gestion, une enquête de terrain sera menée pour établir un inventaire des biotopes et des principales espèces existantes et la cartographie de leur distribution. Cette cartographie sera nécessaire pour le zonage de l’aire marine protégée. Les données concernant les espèces et les communautés seront utilisées pour identifier les mesures de protection et de gestion, évaluer la capacité des zones qui seront ouvertes au public,…etc. Les principaux résultats de chaque enquête de terrain seront élaborés dans un rapport sur la biologie et l’écologie des espèces et des communautés dans les zones étudiées.
Pour réaliser cette étude, deux missions de terrain seront menées: une mission préliminaire (durant quelques jours) au niveau local et national, et une enquête de terrain proprement dite (durant deux semaines environ). La durée exacte de chaque mission varie d’une aire protégée à l’autre selon leurs caractéristiques (aire couverte, faculté d’accès, hétérogénéité des communautés, …etc.)
La mission préliminaire a pour objectif d’amener les principaux acteurs de l’élaboration de plan de gestion à prendre contact les uns avec les autres, réunir les informations disponibles, identifier les éventuels problèmes, finaliser la planification des enquêtes de terrain et ressortir leur programme détaillé. L’expérience récente du CAR/ASP dans ce genre d’études montre l’importance de telles missions préliminaires.
Les missions de terrain doivent être entreprises 2 à 4 mois après la mission préliminaire. Quand les membres de l’équipe seront identifiés, les tâches à entreprendre et les techniques d’étude à suivre seront prises en compte. Les principales techniques à utiliser sont présentées comme suit:
un inventaire sous-marin des espèces benthiques et des communautés à l’aide d’un quadrant d’échantillonnage transversal;
une cartographie des communautés;
un inventaire des sources de perturbation et des menaces pour les principaux biotopes ;
une mise à jour des données bathymétriques dans les cartes disponibles ;
une expertise de la côte en vue d’élaborer une description morphologique détaillée
Une attention particulière doit être apportée aux principaux éléments suivants:
espèces d’importance Méditerranéenne, particulièrement celles figurant dans l’annexe 1 du Protocole des ASP
prairies de phanérogames marines
récifs barrières des posidonies et autres formations organogéniques de surface.
Le formulaire standard des données concernant l’inventaire national des sites naturels d’intérêt pour la conservation (FSD), préparé par le CAR/ASP et adopté par les parties contractantes en Juin 2000, sera utilisé systématiquement pour les données enregistrées, utilisant la liste référentielle des habitats marins préparée par le CAR/ASP
Pour chaque aire marine étudiée, une base de données géoréférencée sera établie sur la base de cartes digitalisées.
Bien que les différentes missions de terrain soient menées par les différentes équipes, il y aura une standardisation des méthodes d’étude ainsi que de la présentation des résultats. A la fin, une réunion des représentants des partenaires sera organisée par le CAR/ASP durant les premiers mois du démarrage du projet.
(ii) étude des aspects socio-économiques pertinents
Cette étude sera confiée à un consultant national ayant une connaissance approfondie de l’environnement socioéconomique de l’aire protégée. Pour les besoins de cette étude, le consultant aura à collecter des données sur les activités économiques nationales et locales qui interagissent avec l’aire protégée dans l’administration en question. Une attention particulière sera accordée aux plans de développement des secteurs de la pêche, du tourisme et de l’infrastructure de base (projets de routes/ autoroutes, ports, marinas, etc). Quand il s’avère nécessaire, le consultant complètera les données disponibles par des études se rapportant aux populations locales et maritimes ainsi qu’aux opérateurs dans le domaine touristique.
Il est important que le consultant chargé de cette étude participe à la mission préliminaire afin d’avoir une idée précise des objectifs du plan de gestion et identifier par conséquent les problèmes et les acteurs concernés.
(iii) Elaboration d’une version provisoire du plan de gestion
Sur la base des résultats de la mission préliminaire, de l’enquête et de l’étude socioéconomique, une équipe d’experts va élaborer une version préliminaire du plan de gestion. Ceci doit particulièrement toucher les éléments suivants:
le plan de zonage et la définition des activités pour chaque zone, y compris la zone tampon
le besoin en personnel
les installations nécessaires
le comité de gestion
la participation des populations locales dans la gestion
le programme détaillé de la surveillance scientifique
l’organisation de la surveillance et de la patrouille
les besoins en équipements
la promotion, la gestion et le contrôle de l’accès du public
les règles d’évaluation et de révision des différentes parties du plan de gestion.
Quand il est nécessaire, la version préliminaire du plan de gestion offrira des options; le choix d’options se décidera durant le processus de consultation.
(iv) Concertation avec les acteurs concernés
Pour garantir la réussite du plan de gestion, il est important que tous les acteurs concernés se soumettent au processus de présentation et de concertation. Le projet prévoit deux étapes de consultation. Durant la première, le document préliminaire, élaboré conjointement avec les autorités responsables des aires protégées, sera envoyé aux autorités et organisations concernées, particulièrement les autorités locales, les départements de pêche et de tourisme, les associations, les collectivités de pêche,... etc. Dans la deuxième étape, une réunion regroupant tous les participants sera organisée et au cours de laquelle le plan de gestion sera présenté et discuté.
(v) Initiation de l’implémentation du plan de gestion
Quelques mesures du plan de gestion seront implémentées pour des fins expérimentales et démonstratives. La première mesure est celle qui concerne la délimitation de l’aire marine protégée comme définie par le plan de zonage. Les autres mesures varient d’une aire protégée à l’autre comme mentionné dans la description des activités
Méthodologie pour l’inventaire des sites et l’élaboration des plans nationaux pour le développement des aires marines protégées (pour la Syrie et Chypre)
Les sites d’intérêt pour la conservation seront inventoriés à l’aide du formulaire standard de données appropriées aux inventaires nationaux des sites naturels d’intérêt pour la conservation. (FSD) adoptés dans le cadre du PAM. Les sites à étudier sont identifiés sur la base des données disponible, en particulier concernant les habitats figurant dans la liste de référence des habitats marins adoptés dans le cadre du plan d’action pour la méditerranée. Dans le cas de la Syrie, les aires, où la nidification des tortues marines est soupçonnée, seront particulièrement considérées durant les enquêtes. Il sera de même pour les habitats appropriés au phoque moine en Chypre.
Equipes responsables de l’implémentation :
Les activités du projet seront menées par une équipe d’experts et de consultants désignés par le CAR/ASP et/ou ses partenaires comme approprié. Dans le but d’analyser et de traiter les données, les experts nationaux auront à passer de courtes périodes dans les laboratoires de leurs collègues.
Cette approche constitue l’un des principes de base du projet. Elle permettra en particulier (i) la promotion des échanges Nord-Sud et Sud-Sud d’expèriences., (ii) le renforcement du contact entre les spécialistes Méditerranéens, contribuant ainsi à établir des liens de coopération durable et (iii) la formation d’experts nationaux dans les techniques d’inventaire et de cartographie des habitats marins, afin de s’en servir pour le même travail dans d’autres sites.