STATUT GENERAL
Le Parc National, terrestre et marin, a été établie en 1992. Concernant la partie marine, le projet de création propose un zonage selon les usages et les activités pouvant y être développés, qui se décompose comme suit: - une zone de réserve marine intégrale (1.600 hectares), - une zone marine d'utilisation rationnelle des ressources naturelles ou "tampon" (15.600 hectares). La partie marine protégée s'étend jusqu'à trois miles au large (environ 5,5 km), utilisant la législation sur la pêche pour interdire le chalutage. Cette partie marine la plus proche du littoral est une réserve intégrale (500 m de large, ce qui correspond à des profondeurs de 40 à 60 m), celle du large (de 500 m à 3 miles au large) reste ouverte aux pêcheurs locaux pour l'exploitation des ressources marines en empruntant quatre couloirs d'accès.
LOCALISATION GEOGRAPHIQUE
Le Parc National d'Al Hoceima se situe sur la façade méditerranéenne du Maroc, à environ 150 kilomètres à l'est du détroit de Gibraltar, à proximité de la ville d'Al Hoceima, chef lieu de la province du même nom.
SUPERFICIE
La partie marine du Parc couvre environ 17200 hectares (40% du Parc).
ELEMENTS DE DIVERSITE BIOLOGIQUE
La zone marine subit l’influence des eaux de l'océan Atlantique entrant en Méditerranée par le Détroit de Gibraltar et présente donc un mélange d'espèces des deux origines. Une des particularités de la végétation marine est la présence de laminaires (Laminaria rodreguizii). Concenant la faune marine, c'est une zone dont le phoque moine n'a disparu que durant la dernière décennie, mais qu'apparemment il visite chaque année. La faune de poissons est riche (avec plus de 100 espèces), avec en particulier de nombreux mérous de tous ages, ce qui laisse présager la présence de zone de frayère. Plus au large, on rencontre des dauphins, et les fonds à corail rouge (Corallium rubrum) sont réputés. La faune ornithologique est riche (environ 80 espèces), avec notamment le balbuzard (Pandion halieatus), le goéland d'Audouin (Larus audouini), le goéland leucophée (Larus cachinnans), l'aigle de Bonelli, l'aigle royal, l'aigle botté, le vautour fauve, le crave à bec rouge et le Cyrcaète. La douzaine de couples de balbuzards et 38 sites recensés de nidification, cette frange abrite la deuxième colonie de Méditerranée, après le site protégé de Scandola (Corse) qui comporte une vingtaine de couples
 
Téléchargez le Plan d’Action Stratégique pour la Conservation de la Diversité Biologique en Région Méditerranéenne (PAS/BIO)
(au format PDF)
Retour